Accueil Situation Hébergement Restauration Votre séjour Historique


Un peu d'histoire... (suite)

Par la suite, les lieux se sahélisent avec une gestion vraiment atypique en comparaison de tous les prédécesseurs: celle de Diop, un sénégalais doté d’un peu de monnaie.

Il a négocié le départ de «La Mama», très endettée avec les Nyamadi. Et à sa manière, a tôt fait de transformer les locaux en une sorte de «Cour des miracles» où les frères préparent le thé dans un coin de la cour, les autres dépècent un mouton de l’autre côté, où il devient malaisé de trouver calme ou sérénité, l’important pour le voyageur ici hébergé étant de bien surveiller ses bagages et son porte-monnaie!

La situation économique n’étant pas brillante, Diop fait appel à Michel, un helvète de passage, pour assurer la gestion du rez-de-chaussée.

Michel change le nom de la maison. C’est désormais Le Bon Coin. Un peu de «futu» et de la viande en sauce, du riz au gras et le dimanche: poulet bicyclette. Michel dispose de peu de moyen pour faire bouillir la marmite.

Il décide de faire un saut vers le lac Léman pour se refaire une trésorerie.

Emile est coopté pour suivre les affaires courantes de la maison. A cette époque, Emile a bien d’autres soucis en ayant à s’occuper de la Maquina Loca, une vieille dame des nuits folles de Lomé.

Michel n’ira pas à Genève, en tous cas pas de suite: en 1985-86, la police de l’aéroport est équipée de «poêles à frire» pour détecter les métaux... et Michel tentait de s’envoler l’abdomen bardé de résine de cannabis enroulé de papier alu! Michel finira son voyage bien à l’ombre de la «Colo» de Lomé.

Et Diop, locataire endetté avec un sous-locataire encore moins bien loti augmente son passif avec le propriétaire, la régie d’électricité et d’autres charges. Le Bon Coin bat de l’aile.

Emile prend en charge l’ensemble des arrièrés et, en accord avec Michel, rachète le commerce à Diop.

<= page précédente — 2 / 3 — page suivante =>

Réservation - Information - Contact

© Auberge Le Galion, Lomé, Togo – Rue des Camomilles (Kodjoviakopé) – Tél.: +228 / 22 22 00 30 –